Nous, qui ne sommes
Ni poètes, ni écrivains
Ni poètes, ni artistes
Ni cultivés, ni savants
Dans ce monde modernisé
Pour les funambules et les équilibristes
Ou personne ne se plaît vraiment
Déjà, il y a très longtemps
Dans la revue "Maintenant" feu Arthur Cravan
Déplorait que tout le monde
Se voulait peintre
Se voulait poète
Se voulait écrivain
Se voulait artiste
Mais jamais de l'art de vivre
Mais toujours de l'art figé, fini
L'art de la vie est infini
L'art représenté est fini
Le vrai artiste
Ne peint pas
N'écrit pas
N'est pas un artiste
N'est pas cultivé
N'est pas un poète
N'est pas un savant
Ne travaille pas
De la paresse créatrice, il n'est jamais las
Car il peint sa vie
Car il écrit sa vie
Car il est l'artiste de sa vie
Il est l'art
Mais l'art est mort
Depuis une éternité, il dort
Il y a de plus en plus
De poètes, de peintres, d'écrivains
Car ce n'est pas la poésie
Car ce n'est pas la peinture
Car ce n'est pas l'écriture
De la vie sans aucun corset
Mais nos esprits sont laids
Et nous les vidons, de nos méfaits
Ainsi, la mauvaise réputation
De tout un chacun, du baron
Au plus insignifiant des larrons
Le monde, c'est nous qui le faisons
Comme nos pensées, nous ne sommes pas bons
Tous les humains se ressemblent
Même parfois, ils s'assemblent
Jaunes, noirs, blancs, marrons
Tous fait pareils, de toutes façons
Chaque autre être humain que soi, est soi
Avec une autre éducation, une autre foi
C'est moi, c'est toi, avec un autre possible
C'est moi, c'est toi, avec une autre bible
Cela n'est pas ton frère
C'est toi
Cela n'est pas ta soeur
C'est toi
Tuer l'autre, c'est se tuer soi
Me tuer, c'est te tuer toi
Et je ne suis pas chamaniste
Et je ne suis pas humaniste
Je le dis avec aisance
Tellement, c'est simple bon sens
Nous sommes la multiplicité de l'unicité
Nous sommes l'unicité de la multiplicité
Je est un autre
Car je est tous et toutes les autres
Mais la politique
Sépare le genre humain
Mais le pouvoir
Divise le genre humain
Mais l'argent
Fait la guerre au genre humain
Depuis toujours
Hier, aujourd'hui, comme demain
Et ainsi
Le boucher est maudit
Le malade est maudit
Le poète est maudit
Le bourreau est maudit
Le peintre est maudit
Le banquier est maudit
Le politicien est maudit
Le sportif est maudit
Le tyran est maudit
L'artiste est maudit
Le savant est maudit
Le chanteur est maudit
Le capitaliste est maudit
Tout le monde est maudit
Puisque la politique est une malédiction
Puisque le commerce est une abomination
Puisque le pouvoir est une malédiction
Puisque le capitalisme est une abomination
Et finalement, les mots
Ne font que s'opposer
A d'autres mots
C'est la guerre des mots
Petits mots, gros mots
Sur la planète Terre
Tous les mots sont en guerre
Les vivants et les morts
Se font toujours du tort
Comme Nakoula Basseley Nakoula
D'origine égyptienne
Et de religion copte, blabla
Qui sert de prétexte, à l'intifada
Pour contre les infidèles, faire une scène
Toutes les religions sont des névroses
Toutes les croyances sont des névroses
Toutes les sectes sont des névroses
Toutes les idéologies sont des névroses
Toutes les images idéales
De soi, sont toujours fatales
Tous les arts sont des névroses
Et oui, infâme stalinien, comme Assurancetourix
L'on voudrait me faire taire
M'empêcher de braire
Car mes chants sont insupportables
Par ma manière de n'être jamais fixe
A l'infâme fasciste, c' est intolérable
Comment! il ose s'exprimer
Ce parfait inconnu
Aussi saugrenu qu'incongru
Qui ose critiquer nos fausses fêtes
Et oui, rien que pour embêter
Ceux et celles qui me détestent
Comme cela m'amuse, d'imaginer vos têtes!
Vous voulez me donner des leçons
Moi, je veux simplement faire réfléchir, sans prétention
Mais vos mots ne sont pas les miens
Cela est tout à fait certain!
S' il vous plaît, passez votre chemin
Décidément, avec moi, vous êtes sans lien
Je connais vos commentaires
Réactionnaires, fielleux, amères
De toutes façons, le monde est fichu
Trop de capitalistes, de staliniens, de fascistes, de religieux
Trop de complices, se débarrasser d'eux
Comment faire? leurs cerveaux sont programmés
Et ils sont persuadés d'avoir raison
Et nous aussi, nos cerveaux sont conditionnés
De sorte, de ne pas en sortir
De la conscience humaine
Il faut une complète transformation
Pour des idéologies, sectes, croyances, et des religions
Une complète et totale abolition
Alors seulement, est et sera, enfin la révolution



Patrice Faubert (2012) pouète, peuète, puète, paraphysicien, Pat dit l'invité sur "hiway.fr"





Los que somos
O poetas o escritores
O poetas o artistas
Ni cultivado ni eruditos
En este mundo modernizado
Acróbatas y equilibristas Por
O nadie le gusta
Ya hay mucho tiempo
En la revista "Ahora" Arthur Cravan tarde
Se quejó de que todos
Pintor quería
Se pretende poeta
Escritor quería
Artista quería
Pero nunca el arte de vivir
Pero el arte siempre fijo y finito
El arte de la vida es infinita
El arte que se muestra se terminó
El verdadero artista
No pinte
No escriba
No es una artista
¿No está crecido
¿No es un poeta
¿No es un científico
No funciona
Por pereza creativa, nunca está cansado
Porque él pinta su vida
Porque él escribió su vida
Debido a que es la vida del artista
Es el arte
Pero el arte ha muerto
Durante una eternidad, duerme
Hay cada vez más
Poetas, pintores, escritores
Debido a que no es poesía
Debido a que no es la pintura
Debido a que no está escrito
La vida sin corsé
Pero nuestras mentes son feos
Y nos vaciamos de nuestras malas acciones
Así, la mala reputación
De todos, el barón
Los ladrones más insignificantes
El mundo es lo que hacemos
A medida que nuestros pensamientos, no son buenos
Todos los seres humanos son iguales
A veces, se reúnen
Amarillo, negro, blanco, marrón
Todo es el mismo, de todos modos
Cualquier otro ser humano en sí, es ella misma
Con otra educación, a otra fe
Soy yo, eres tú, con otra posible
Soy yo, eres tú con otra biblia
Este no es tu hermano
Esto es
Esta no es su hermana
Esto es
Matar a otro es matar a uno mismo
Mátame es matarte
Y no estoy chamánica
Y no soy humanista
Digo esto con facilidad
Por lo tanto, es de sentido común
Somos la multiplicidad de unicidad
Somos la singularidad de la multiplicidad
I es otro
¿Todo porque yo y todos los demás
Pero la política
Separa la humanidad
Pero el poder
Divide la raza humana
Pero el dinero
Fabricado en guerra a la raza humana
Siempre
Ayer, hoy y mañana
Y entonces
El carnicero está maldito
El paciente está maldito
El poeta maldito
El verdugo está maldito
El pintor está maldito
El banquero está maldito
El político está maldito
El atleta está maldito
El tirano está maldito
El artista está maldito
El científico está maldito
La cantante está maldito
El capitalista está maldito
Todo el mundo está maldito
Puesto que la política es una maldición
Dado que el comercio es una abominación
Dado que la energía es una maldición
Dado que el capitalismo es una abominación
Y por último, las palabras
Simplemente se oponen
En otras palabras
Esta es la guerra de las palabras
Pequeñas palabras, palabras mayores
En el planeta Tierra
Todas las palabras están en guerra
Los vivos y los muertos
Siempre se equivocan
Como Nakoula Basseley Nakoula
Originalmente egipcio
Y la religión copta, bla
Que sirve de pretexto, la intifada
Por contra los infieles, hacer una escena
Todas las religiones son neurosis
Todas las creencias son neurosis
Todas las sectas son las neurosis
Todas las ideologías son las neurosis
Todas las imágenes ideales
Por supuesto, siempre son fatales
Todas las artes son neurosis
Y sí, infame estalinista como Assurancetourix
Sería silenciarme
Me impiden bray
Debido a que mis canciones son insoportables
Por cierto yo no lo arreglaron
En el fascista infame, es intolerable
¡Cómo! se atreve a hablar
Este perfecto desconocido
También absurdo qu'incongru
¿Quién se atreve a criticar nuestra falsa Navidad
Y sí, sólo para molestar
Los que me odian
Porque me divierte imaginar la cabeza!
Usted quiere darme lecciones
Yo sólo quiero pensar, sin pretensiones
Pero sus palabras no son mías
Es muy cierto!
Si te agrada, sigue tu camino
Realmente, a mí, que no están relacionados
Yo conozco tus comentarios
Reaccionario, rencoroso y amargo
De todos modos, el mundo está en ruinas
Demasiados capitalistas, estalinistas, fascistas, religiosos
Hay demasiados cómplices, deshacerse de ellos
¿Cómo? sus cerebros están programados
Y ellos creen que es correcto
Y nosotros, nuestros cerebros están condicionados
Así que, no por
De la conciencia humana
Se requiere una transformación completa
Por ideologías, sectas, creencias y religiones
Una abolición total y completa
Sólo entonces, es y será finalmente revolución



Patrice Faubert (2012) pouète, peuète, puète, paraphysicien, Pat dijo el invitado en "hiway.fr"